Chargement...
 

Les concerts vus par ... les jetés de l'encre

Pourquoi ne pas vous raconter comment nous avons vécu chacun de nos concerts, des coulisses, de la scène, de l'intérieur quoi !

15 ème - Le Zèbre - 23 avril

9 ème - 14 eme - Duc de Trévise - 1 - 7 - 12 - 14 - 18 - 22 Avril 2006

6 concerts pour se préparer pour le Zèbre pour le quel nous nous étions engagé un peu vite... ces concerts dans une minuscule cave furent inégalement remplis mais certaines soirées furent très réussies. Nous avons gagné en assurance. Si nous avions peur de ne plus avoir personne au Zèbre, au contraire beaucoup de ceux qui nous on découvert au Duc de Trévise sont venus nous voir....

8 ème : la bassecour - 3 février 2006

Nous avions fait ce concert en trois parties, Chtoff, Thierry Jullien et nous. La salle était à Nanterre et il fut difficile de la remplir. Nous avons fait un concert assez fastidieux mais le public nous a soutenu. Chtoff a de belles chansons. Thierry Jullien aussi. Mais le premier ne les articule pas assez, le second les annule par deux chansons aux accents de nihilisme absolu.... quant à nous les problèmes de rythme se font ressentir.

7 ème : Ramulaud - 12 janvier 2006

Chez Ramulaud, il a fallu passer la sélection et enregistrer à la va vite 4 titres sur un CD. Nous avons été pris. Nous avons aimé l’ambiance du concert, pas encore très à l’aise, nous avons réussi à enlever le morceau. Nous avons rempli la salle qui comprenait cinquante places.

Sixième concert au Nord Est 10 décembre 2005

Nous avions rencontré Fernand Péna, Cambou et Thierry Jullien et avions décidé d’organiser un concert commun et c’est en bas de chez Fernand dans le retaurant le Nord Est que nous avons fait un concert devant une centaine de personnes qui venaient écouter leur copain et le résultat fut assez rude : seuls quelques applaudissement pour chacun des groupes... ambiance lourde. Loin de la fête que j’avais imaginé.

Cinquième concert à l'Orient Express le 25 novembre 2005

J’avais rencontré Thierry Jullien (http://www.thierryjullien.com) qui aimait probablement les textes et les mélodies et qui nous avait demandé de venir nous voir jouer dans notre cave. Il a aidé à corriger les problèmes qu’il avait vu, puis nous a conseillé de faire des concerts et de nous roder. Il nous a donné l’adresse de l’Orient Express et un nom Assan. Nous avons téléphoné et nous avons été programmé en novembre. Nous avons fait une affiche, Jim avait ramené d’un voyage à Hong Kong des T shirt marqués les jetés de l’encre. Nous sommes arrivés par le métro, un peu défaits. Geoffray n’avait pas dormi de la nuit. La salle était comble. Les copains étaient là. Le concert a été magique, on s’en est sorti avec une salle survoltée. Premier concert public, première joie.

Quatrième concert privé a Cognac le 10 septembre 2005

Jim nous avait proposé devenir jouer pour une fête qu’il organisait à Courbillac chez lui près de Cognac, le 10 septembre 2005. Nous avons accepté sans réaliser qu’on avait 600 kms à faire... mais bon on ne pouvait pas continuer à se produire de façon aussi désastreuse auprès des personnes qui nous aimaient et nous connaissaient. Nous avons répété avec Jim à la Washboard une fois ou deux et sommes partis en route pour Courbillac. Là il y avait François qui avait fait le déplacement. Geoffray et moi étions tétanisés dans la salle de bain. Nous regardions la fenêtre et n’avions qu’une envie : de partir à toute jambe.

Nous avons envoyé la sauce, le Casse, le Tango à Jéhro. les six autres chansons... Et là miracle, malgré les décalages, les erreurs de jeunesse notre public de 15 personnes était conquis. C’était le premier concert qui fonctionnait. Les amis de Jim nous ont fait une ovation. Nous étions enfin heureux.

Troisième concert privé en juillet 2005

La j’ai vu les choses en grand j’ai invité 50 personnes qui sont venues pour un repas lunch chez moi et un concert des jetés de l’encre. Au niveau lunch nous avions prévu des barbecues qui sont tombés en panne et nous avons joué au milieu des fumées de saucisse dans la salle de séjour. Nous étions si tétanisés et si mauvais que le concert fut un désastre. Nous étions inconscients et avions répété deux ou trois fois la nouvelle chanson "le casse" Il y avait là notre ami Jehro qui était aussi désolé que nous... Il nous a conseillé de beaucoup travailler, de cadrer les choses, nous a dit que la musique c’était un truc qu’on improvise pas.. Bref, on a passé la fin de la nuit à discuter pour savoir s’il fallait qu’on arrête. Il y avait François et Jim qui eux avaient aimé.. François aimait Papapique. Caroline était là, elle nous fait remarqué que nous n’avions pas travaillé les fins des morceaux.. Jim nous a fait remarqué que les amplis étaient mal réglés.

Le lendemain j’étais triste et j’ai écrit une lettre à Jéhro, une lettre en Alexandrin qui commençait par "Ce que je suis n’a plus beaucoup d’importance"... C’était la première version du tango à Jéhro. J’ai dans les jours qui viennent convaincu Jim de venir aux prochains concerts pour régler la sono. Il avait envie de jouer d’un instrument, je lui ai conseillé la Washboard.
Nous avons décidé de travailler seuls Geoffray et moi, les répétions de Juillet et Août eurent un goût d’amertume... Mais nous répétions.

Deuxième concert dans un restaurant à Courbevoie

Un copain nous avait demandé de venir jouer dans un restaurant pour son anniversaire au mois de mai et seuls Gilles et Marie-Agnès ont eu le culot d’y aller. Première expérience du public. J’étais tétanisé. Je chantais entre les plats, quelques personnes écoutaient. Marie Agnès se débrouillait bien mais nous n’étions pas souvent en rythme. A un moment, un gars m’a dit c’est pas mal, mais faut leur jeter tes chansons à la figure. C’est ce que j’ai fait avec Un jour et là j’ai vu tout le monde écouter et applaudir à tout rompre. A cette époque là, nous avions 6 chansons..

1 er Concert privé

En janvier 2005, après presqu’un an de réflexion Geoffray et moi, Gilles nous nous sommes décidés à voir ce que pouvait donner les chansons. Baptiste qui jouait de la batterie nous avait rejoint pour quelques répétitions. Puis Marie Agnès quelques mois plus tard. Nous avons fait un premier concert chez moi devant 5 ou 6 copains en avril. Tout le monde jouait trop fort et nous ne savions pas encore tous les progrès qui restaient à faire. La soirée n’a pas été mauvaise car nous avions fait un bon repas et que tout le monde est parti passablement éméché:)
Le public a été poli mais personne ne nous a vraiment encouragé à continuer.